L\
L'Histoire de « Sissonne »

1944 Libération de Sissonne

Libération de Sissonne ... 30 août 1944

Tard dans l'après-midi, un soldat en tenue de combat américain et armé d'un fusil-mitrailleur apparait à une intersection dans le village de Sissonne.
Les villageois sont inquiets et soupçonneux. Des histoires circulent que les soldats allemands, vêtus d'uniformes américains, ont pénétré les lignes alliées, et terrorisent la campagne dans toutes les zones arrières. Se pourrait-il que de ces saboteurs soient maintenant à Sissonne ?
Un détachement précurseur composé d'environ 50 hommes a été sélectionné à partir d'unités diverses. Monté sur des jeeps et des transporteurs d'armes, ils ont précédé la 11e division de plusieurs heures. Il était de leur devoir de reconnaître le parcours, d'identifier et de réguler les points chauds de passage ou d'obstacles, de sélectionner des zones de bivouac, et servir de guides routiers.

En tant que précurseur, j'ai été détaché de la colonne de la Division, à une intersection près du centre du village de Sissonne. Les villageois grandement soulagé m'ont apporté du pain, du fromage et du vin. Dans l'obscurité, à environ 20 heures, nos premières unités entrent dans le village. Le rugissement de la colonne blindée occasionne des bruits impressionnants. Pour les gens de Sissonne, les tremblements du sol étaient rassurants, et les craintes apaisées. Entendre nos chars grondés leur apportait un sentiment de soulagement et occasionnait une célébration impromptue. Malgré les bruits de moteurs, je pouvais entendre les villageois chanter "La Marseillaise", et crier «Viva Americains." A 23 heures, les dernières unités passent, laissant le village sombre et calme. Ma rencontre avec Sissonne est terminée.

Le VIIe Corps d’Armée US progresse vers Montcornet, en libérant au passage Sissonne. Les allemands étant repliés plus au Nord et la ville abandonnée, la libération se passe dans le plus grand calme, pas de combat et accueille par une foule en liesse.

La rue de La Selve deviendra
rue du Gal Leclerc

Accueil des libérateurs


L'avant-garde américaine est arrivée en fin de journée du 30 août à la ferme de l'Espérance, toute proche d'ici, sur la hauteur. Un jeune résistant de Sissonne, Gabriel Vasseur, venu les guider y est tué car les Allemands sont toujours présents en embuscade. (source : A. Nice)

Les américains continuent leur progression et abandonnent Sissonne rapidement.
Ils se retrouvent, non sans émotion, sur les champs de bataille de la Grande Guerre où avaient combattu leurs pères. Ne rencontrant généralement pas d'unités ennemies importantes, ils empruntent les grandes routes et négligent dans leur élan des points de résistances secondaires. Partout, la Résistance et la population aident et acclament les troupes américaines parfois méfiantes. Les principales difficultés rencontrées au cours de cette progression rapide sont les ponts détruits et le manque d'approvisionnements, dû à une avance trop rapide. En l'absence de chemin de fer, les alliés ne disposent alors pour leurs ravitaillements que du port artificiel d'Arromanches et de celui de Cherbourg très endommagé, très éloignés.

et première commémoration ... le 30 août 2008

Les officiels et la chorale30 août 2008(Photo La Thierache)
30 août 2008(Photos La Thierache)

Transmettre l'Hisroire

Samedi 30 août, face au monument aux morts,les enfants ont chanté le Chant des Partisans pour célébrer le 64e anniversaire de la libération de Sissonne. Ils étaient coiffés pour la plupart de bérets noirs, clin d'œil à la Résistance.
Dans une démarche de transmission de l'histoire, sensibilité et devoir de mémoire, c'est un moment d'échanges intergénérationnels.
La commémoration, suivie d'un pot de l'amitié a rassemblé les autorités civiles et militaires de Sissonne, le maire Pierre-Marie Lebée et le colonel Legio. Des membres de l'équipe municipale étaient aussi présents.
" Que cette journée incarne pour nous, Sissonnais, la résistance et le sursaut des français chaque fois que la France a été menacée, pour que vivent la république et la démocratie, pour que vivent la Liberté, l'Egalité et la Fraternité ", phrase finale du discours d'hommage prononcé par la plus jeune membre de l'équipe municipale, Annie Barthomeuf, 5e adjointe responsable de la jeunesse et de la citoyenneté à Sissonne.
Quatre jeep qui ont servi à la libération ainsi qu'un Dodge ambulance ont relié le monument aux morts à l'hôtel de ville, conduites par quatre passionnés de mécanique, qui mettent un point d'honneur au devoir de mémoire.
Venus spécialement de Guise et alentours pour l'événement ils étaient vêtus de l'uniforme de la 29e division qui a débarqué à Omaha Beach.


et encore ... le 30 août 2011

la cérémonie se perpétue30 août 2011(Photo L'Union)
Aimé DUFOUR, le doyen de nos anciens combattants30 août 2011(Photos L'Union)

Cliquez sur les photos pour agrandir.


Je veux compléter / corriger cette page par courriel
© Site du Club Informatique Ademir. Dernière modification le 04/06/2020 à 14:48